Accueil > Rencontres libertaires d’été > Rencontres libertaires d’Eychenat 2011

25 juillet - 4 août

Rencontres libertaires d’Eychenat 2011

mercredi 1er juin 2011, par OCLibertaire

Chaque année, l’OCL ET l’OLS organisent des Rencontres ouvertes à celles et ceux que les thèmes choisis pour les débats intéressent et sur lesquels nous avons peu le temps de discuter au quotidien. Il ne s’agit pas d’une université d’été où l’on écouterait la bonne parole. Nous souhaitons offrir un espace de dialogue, d’échange formel comme informel. Les débats se tiennent « à la fraîche », à 21h, après le repas du soir. Les journées offrent de vastes temps libres qui peuvent permettre des débats non prévus et partager une expérience, présenter une lutte particulière... ou consulter la vidéothèque, la librairie et les tables de presse.
Nous avons à disposition un local comprenant un coin cuisine, une salle de repas, une pièce pour les débats, des sanitaires, et des prés pour camper (prévoir une tente, seul mode de logement possible). Pour ne pas gêner les travaux quotidiens de la ferme, un parking pour les voitures est disponible à dix minutes à pied. Pour la même raison les chiens sont malvenus. La vie quotidienne est collective : les repas sont pris en commun et confectionnés par des équipes tournantes. Chaque jour, une équipe s’occupe des courses et des deux repas de 13h et 19h en fonction d’un budget précis. Une seconde équipe s’occupe de la vaisselle, de la propreté des sanitaires, de la salle de réunion et de l’entretien quotidien du lieu. Les tarifs pour les trois repas et les frais de fonctionnement du lieu sont établis en fonction des revenus. Ils s’échelonnent de 5 à 20 euros ; gratuit pour les bébés - 5 euros par jour pour les enfants.


Lundi 25 : accueil

Mardi 26 juillet

• Les mouvements sociaux en Europe et aux Etats-Unis par rapport à la crise


Contre ceux qui ont plein de certitudes (issues d’un passé souvent très schématisé, et qui en plus n’existe plus) sur le syndicalisme ou l’antisyndicalisme, ce qui semble important, c’est plutôt d’essayer de voir et de comprendre ce qui se passe, ce qui change, ce qui est nouveau et ce qui perdure. La crise et ses conséquences vont modifier substantiellement les rapports sociaux dans les pays européens ; elles vont donc influer sur et transformer les formes de l’antagonisme. Et vont probablement se créer des formes nouvelles, avec des morceaux de syndicalisme (ses franges combatives et moins bureaucratiques, pour le dire vite) ; des morceaux qui viennent d’ailleurs, d’autres luttes, et sont imprégnés d’autres contenus de la critique sociale que ceux de la lutte de classes classique (par exemple, des exigences antinucléaires et d’écologie « radicale » ici et maintenant) ; et qui viennent aussi de « nulle part », ou plus exactement des collèges et lycées (nouvelle génération). Avec également plein d’ambiguïtés : certains des « diplômés chômeurs », parfois très en pointe, en tous cas plus que les ouvriers, veulent être cadres supérieurs, ou créer leur boîte dans un système qui ne leur permet pas ou plus de le faire.

Mercredi 27 juillet

• Le prolétariat existe-t-il encore ? Comment s’organiser pour dépasser les centrales syndicales ?

Qui aurait imaginé qu’une stratégie de grève de 24 heures à répétition réunirait des millions de personnes l’automne dernier ? Verre à moitié vide, à moitié plein ? L’abandon collectif de la question de la gestion démocratique de cette lutte nous interpelle six mois plus tard. Avons-nous régressé, ou était-ce un passage obligé pour se reposer la question de l’auto-organisation ? Comment mettre sur pied les structures qui permettent à chaque grande lutte de devenir mouvement global ? AG de ville, AG interpro, AG par arrondissement, quelle forme d’organisation favoriser quand une lutte se développe ? Les AG interpro doivent-elles toujours ressembler à celles de 1995 ? Que faire quand une grève générale reste minoritaire ? Le blocage est-il devenu la solution miracle ? Quelle capacité de renouvellement sommes- nous capables de développer dans la lutte, entre les appareils syndicaux, les actions symboliques et spectaculaires, les assemblées et les critiques qui n’aboutissent pas à créer de réelles dynamiques ?

Jeudi 28 juillet

• Education, émancipation, aliénation (retour sur le hors-série de Courant alternatif et le numéro d’Offensive)


L’école s’est construite en niant les cultures populaires au nom de la citoyenneté et de la nation, et elle continue de le faire à travers toutes les réformes que le Capital réclame. Instrument de domination, donc, c’est certain ! Mais les institutions à 100 % totalitaires n’existent pas plus que celles qui seraient à 100 % émancipatrices ; on peut avoir la certitude qu’une certaine schizophrénie se perpétuera.
C’est précisément au cœur de cette ambiguïté que les questions de la transmission des connaissances et du savoir-être progresseront, avec la mise à l’écart de cette idée saugrenue (qui servit de fil conducteur aux idéologies dites progressistes) selon laquelle éduquer serait « éclairer le peuple par le haut ».

Vendredi 29 juillet

Film : Squat, la ville est à nous

Squat : synonyme d’une marginalité extrême, le concept est souvent utilisé pour stigmatiser ses habitants, occupants, militants...
 Parce qu’il a fait le choix d’étaler sur plus de sept ans la réalisation de ce projet documentaire, Christophe Coello parvient, en dressant le portrait d’un groupe de personnes engagées, militant activement, entre autres contre la spéculation immobilière à Barcelone, à déconstruire intelligemment les préjugés attachés à la question du squat. Les différents protagonistes du film se réapproprient les notions de projet urbain, de rénovation urbaine, omniprésentes dans le langage des politiques, pour les interroger en mots et en actions. Tout en posant les bases d’une réflexion critique autour des problèmes sociaux, économiques et urbanistiques, le film évoque également la question de l’engagement dans une communauté, des implications que cela peut avoir dans les relations avec les autres membres du corps social, et amène à repenser le militantisme aujourd’hui.


Samedi 30 juillet

• Les révolutions arabes


Depuis le mois de décembre 2010, fait sans précédent dans l’histoire de cette région, le monde arabe est en mouvement. La population y subit depuis plus d’un demi-siècle toutes sortes de répression et d’agression, de misère et d’humiliation au quotidien, perpétrées par des régimes despotiques que soutient l’Occident le plus souvent. Les soulèvements ont commencé en Tunisie, dans de petites villes des régions pauvres, et se sont propagés à l’ensemble des pays, d’ouest en est, passant par la Libye, l’Egypte, la Syrie, le Yémen et Bahreïn. Quels sont les enjeux de ces révoltes ? Quels changements peuvent-elles apporter dans la région ? Quelles sont les conséquences en Europe, et plus particulièrement en France ? Quelles récupérations et manipulations sont possibles ? Comment analyser ces révoltes d’un point de vue de classe ?

Dimanche 31 juillet

• Anticolonialisme et lutte de libération nationale


(retour sur le hors-série OLS-OCL), avec invitation de Segi, Libertat… de Catalans ou de Bretons ?
Les luttes de libération nationale sont souvent perçues comme des luttes réactionnaires, passéistes, occultant la lutte de classes. Les revendications culturelles et sociales qu’elles portent peuvent pourtant aller au-delà de la folklorisation et d’une vision ethnique de la société. L’identité et le sentiment d’appartenance ne sont pas l’apanage des seuls mouvements de libération nationale... On les retrouve dans toutes les collectivités humaines, y compris dans les luttes sociales. Si certains aspects des luttes de libération nationale sont critiquables, il nous appartient d’en dégager les aspects émancipateurs et ceux que nous ne souhaitons pas reproduire.

Lundi 1er août

• La question des énergies

Dans notre société industrielle, les énergies sont industrielles et génèrent des nuisances industrielles. Dans sa fuite en avant, le système industriel marchand recherche toujours plus d’énergie pour produire, entretenir et déplacer les marchandises (y compris humaines). L’heure est donc au mix énergétique, qui fait que les dirigeant-e-s, les scientifiques et tous les bons gestionnaires envisagent la poursuite du nucléaire, l’extraction des gaz de schiste, la production d’agrocarburants, le développement de l’éolien industriel ou encore la création de gigantesques fermes solaires. Pollutions diverses, vampirisation des ressources (eau et terres agricoles), soumission aux experts et militarisation sont donc au programme.

Mardi 2 août

• Le mouvement antinucléaire

On aurait pu penser que le désastre de Fukushima provoquerait une indignation massive s’exprimant dans la rue. Cela n’a pas été le cas. Les mobilisations ont été très faibles. Chez les écolos institutionnels, la présidentielle a représenté un enjeu plus important, tandis que les « radicaux », anars, insurrectionalistes et autres liaient l’arrêt immédiat du nucléaire à celui du capitalisme, mettant ainsi à l’écart toute stratégie utile à un mouvement actuel. A l’évidence, c’est un nouveau mouvement antinucléaire qui doit naître.

Mercredi 3 août

• Face aux interventions militaires de l’Occident, quel anti-impérialisme ?


Les interventions impérialistes se multiplient, sous couvert de l’ONU, pour prétexte de préoccupations « humanitaires », de « lutte contre le terrorisme », ou de défense de la « démocratie » et des peuples.
L’opposition à l’impérialisme est composée de courants politiques très différents :

  • La mouvance « altermondialiste », qui ne combat ni l’impérialisme ni le capitalisme – qu’elle refuse de désigner comme la cause des maux de la planète et qu’elle appelle « néolibéralisme ».
  • Ceux qui se mettent à la remorque des luttes antiimpérialistes sans analyse de classe.
  • Ceux qui dénoncent l’impérialisme, mais se refusent à considérer les aspirations nationales des peuples dominés comme un levier possible de la lutte révolutionnaire. En renvoyant dos à dos l’oppresseur et les formes de résistance nationale, ils évitent de participer aux actions de solidarité avec ces organisations, et réduisent leur anti-impérialisme à un discours bien souvent humaniste et moralisateur. Une attitude partagée par une partie des anarchistes.
    Après que le bloc de l’Est a été disloqué, que la guerre froide a disparu en laissant le champ libre à l’Empire américain et ses supplétifs, existe-t-il encore un mouvement anti-impérialiste ? Quel espace subversif peut-il occuper ?

Jeudi 4 août

• Le Front national dans le jeu politique, à qui et à quoi il sert. La diffusion des idées d’extrême droite y compris en Europe

Pour plus de renseignements, et s"inscrire à l’avance,
s’adresser à :
Organisation Communiste Libertaire
c/o Egregore : B.P. 1213 51058 Reims Cedex.
Offensive Libertaire et Sociale
c/o Mille Bâbords 61 rue Consolat, 13001 MARSEILLE
S’inscrire et confirmer au plus tard la veille de l’arrivée

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette