Accueil > Le Chat Noir / L’Egregore > La Radio - L’Egregore > l’Egregore du 3 Septembre 2018

l’Egregore du 3 Septembre 2018

jeudi 6 septembre 2018, par OCL Reims

La Nakba


Présentation du livre “La Nakba ne sera jamais légitime”, de et par Pierre Stambul lors des Rencontres libertaires du Qiercy juillet 2018

On a entraîné les Palestiniens sur des voies de garage : Oslo, les deux Etats, le « processus de paix ». On a prétendu que la création d’Israël était une réparation pour l’antisémitisme européen. La réalité est têtue : le sionisme est un projet suprémaciste et raciste. Il a construit une société d’apartheid. Israël est devenu un laboratoire des armes les plus sophistiquées, de l’enfermement des populations réputées dangereuses et de l’apartheid moderne. Les Palestiniens ont été expulsés lors de la Nakba (1948), il n’y aura pas de paix sans leur retour. L’arme la plus efficace, c’est le BDS. Une défaite des Palestiniens serait une défaite de toute l’humanité.


Pour écouter l’émission :

Pour télécharger l’émission : (ici)

A voir Le Chat Noir 51

Toutes les émissions de l’EGREGORE peuvent être rediffusées sur les ondes. La seule condition étant naturellement d"en indiquer la source. :-)

Répondre à cet article

5 Messages

  • Deux années de suite, l’OCL a invité des islamophobes militants à ses rencontres libertaires, Renaud Garcia et Sidi Moussa, qui ne valent pas mieux que Hamid Zanaz, que les libertaires avaient dénoncé en son temps ( http://www.alternativelibertaire.or... ). A la lecture des présentations qui en ont été faites, le but véritable semble être de coller au consensus des anars respectables (pro-zanaz donc) qui n’ont rien d’autre à foutre que traquer les soit disant « racialistes » dans lesquel-le-s sont englobé toutes les personnes qui ont le malheur de dénoncer l’islamophobie et de s’organiser de manière autonome. Contre Houria Bouteldja c’est une véritable hystérie, mais c’est pas que contre elle. Je me suis tapée le bouquin de Moussa par ex., et les attaques vont contre TOUTES les personnes avec lesquelles j’ai des sympathies politiques, et plus précisément les libertaires antiracistes. J’ai quand même lu le bouquin jusqu’au bout, et y’en a pas que pour les anti-islamophobes, sont aussi dans le collimateur les anti-sionistes, avec comme références la fine fleur des anarchistes-procureurs qui ne supportent pas l’anti-sionisme et écrivent des km là dessus. Que des prétendu-e-s anars évoquent Taguieff ou Caroline Fourest pour dénoncer Christine Delphy, Pierre Tevanian ou l’UJFP, c’est absolument insupportable, surtout dans notre milieu.

    Mais le pire, c’est de faire venir Pierre Stambul l’année suivante comme s’il y avait continuité politique entre ces gens là. Pour ce que je connais de Pierre Stambul, il est à l’opposé TOTAL des autres zigs et défend des positions incompatibles avec eux. Dans ses écrits, il se présente comme résolument anti-sioniste et anti-islamophobe, et est d’ailleurs constamment attaqué à cause de ça. Je trouve particulièrement indécent et injurieux à son égard de le mélanger à des racistes et faire comme si tout le monde il est beau tout le monde il est gentil, comme si tout le monde avait droit à la même considération et faisait partie de la même famille.

    Si c’est gens là sont libertaires moi je le suis pas mais je crois que c’est l’inverse.

    repondre message

    • Pour votre information, Pierre Stambul vient chaque année aux rencontres libertaires, avec d’autres militants de l’UJFP, et il était présent lorsque Renaud Garcia et Sidi Moussa y ont présenté leurs livres. Il est parfaitement apte à décider par lui-même de ce qui est injurieux à son égard. Vous avez une fâcheuse tendance à présenter des parties pour le tout ! Vous savez, LES ceci, LES cela… LES Français ont choisi Macron et LES Suisses sont minutieux, comme avares sont LES Ecossais. Eh bien non, LES libertaires n’ont pas dénoncé Hamid Zanaz en leur temps, mais seulement une partie d’entre eux (dont nous-même soit dit en passant)… D’autres l’ont publié et défendu. Mais contrairement à vous on se fiche un peu des étiquettes, libertaires pourquoi pas !
      Evidemment nous assumons de rejeter le contenu du livre de Bouteldja tout comme nous rejetons les positions de Taguieff et de Fourest !
      C’est vraiment un manque d’information et une tendance à tirer plus vite que votre ombre et à vous poser vous-même un peu en procureur, que de nous soupçonner de faiblesse à l’égard du sionisme (soit dit aussi en passant, ce sont les éditions amies Acratie qui publient Stambul.
      Au fait quel est ce livre que vous avez lu jusqu’au bout malgré tout ?
      Quant à la « famille » on d’en fiche et être d’un milieu tout autant.

      repondre message

      • Surtout avec des arguments de maquignon : le fait que Pierre Stambul vienne chaque année à vos rencontres et que vous ayez publié certains de ses bouquins est un argument assez misérable. Contrairement à vous, mes arguments pour trouver injurieux d’englober Sidi Moussa et Pierre Stambul dans une même grande famille libertaire ne reposent pas sur le copinage, mais sur leurs positions politiques qu’on peut connaître à travers ce qu’ils écrivent. A titre purement personnel j’aurais aimé savoir ce que Pierre Stambul pense du bouquin de Sidi Moussa, mais ça n’aurait RIEN changé à ce que MOI j’en pense. C’est MOI qui trouve indécent d’inviter successivement Sidi Moussa et Pierre Stambul dans les mêmes rencontres, et c’est VOUS qui répondez à la place de Pierre Stambul. Belle conception d’un débat honnête !

        Vous avez raison sur un point : il ne faut pas faire de généralités et dire LES… DES libertaires ont dénoncé le livre de Hamid Zanaz et d’autres l’ont défendu. On peut en déduire que l’OCL, qui l’avait dénoncé à l’époque, a viré de cap en défendant maintenant le bouquin de Sidi Moussa, qui développe pourtant les mêmes idées et qui mène en plus une attaque en règle contre les libertaires qui se sont exprimés contre l’islamophobie (dont Pierre Stambul d’ailleurs). Dans « ce livre que j’ai lu jusqu’au bout » (il s’agit du bouquin de Sidi Moussa, qu’on peut trouver gratuitement sur internet pour ne pas participer financièrement à ce genre d’intox), on voit très nettement que les positions de Pierre Stambul et Sidi Moussa sont non seulement différentes, mais absolument INCOMPATIBLES, tant sur l’islamophobie que sur le sionisme. Et en faire une affaire personnelle n’y changera rien, les textes sont là. Les références de Sidi Moussa pour dénoncer les antisionistes et les anti-islamophobes proviennent TOUTES de nos ennemis politiques, et pas seulement Taguieff ou Fourest. Sidi Moussa ne connait que des témoins à charge, on ne voit jamais d’antisionistes ou d’anti-islamophobes sous un jour positif.

        Naturellement, l’OCL peut bien apprécier qui elle veut, mais elle ne peut pas empêcher les personnes attaquées de répondre. En l’occurence, les « procureurs » ne sont pas ceux qu’on pense.

        repondre message

        • Moi je pense que pour aller au fond des choses il ne faut pas se contenter du bouquin de Sidi Moussa, mais aller voir sur son site, puisqu’il en a un, pour voir quels sont ses sujets de préoccupation, ce que l’OCL a visiblement oublié de faire, ou alors elle l’a fait et n’a trouvé aucune objection à ce qu’elle y a trouvé.

          Pourtant, il aurait été intéressant d’essayer de comprendre les motivations d’une personne qui débarque brusquement dans le milieu libertaire pour fustiger les antiracistes et les antisionistes non conformes à sa découverte subite de l’anarchisme, de la lutte antiraciste, et surtout de leurs « déviances ».

          Son site est essentiellement consacré à l’Algérie, sujet sur lequel il a certainement des compétences que n’irai pas lui contester. Pour le reste, concernant les anars, on ne trouve que deux vieux textes de Malatesta datant de 1934 et deux ou trois critiques libertaires sur l’Algérie, l’Iran ou parlant de Daniel Guérin, datant de 30 ou 40 ans.

          En ce qui concerne Israël, le sionisme ou les Palestiniens, pratiquement rien non plus, si ce n’est un extrait de Maxime Rodinson (de 1966 !!!) et un article intitulé « Le conflit israélo-arabe : un conflit au profit exclusif du capital » (beaucoup plus récent celui-là, de 1974 !) Rien que le titre en dit long sur la volonté de nier la résistance palestinienne et de faire du colonialisme et du nettoyage ethnique un conflit entre capitalismes concurrents.

          Ne parlons même pas du racisme aujourd’hui, chez nous, et plus précisément le racisme politique et post-colonial, un sujet qui n’a jamais intéressé Sidi Moussa et qu’il n’aborde jamais.

          Par contre, on y trouve (sans surprise) un éloge d’Albert Camus et des textes critiquant l’anti-impérialisme et les luttes de libération.

          Alors oui, on peut se poser la question : pourquoi Sidi Moussa, qui ne s’est jamais intéressé aux libertaires jusqu’ici, qui n’a jamais dénoncé le racisme actuel, qui n’a jamais condamné le sionisme et l’apartheid, qui ne s’est jamais préoccupé du sort des Palestiniens au point qu’on se demande s’il connaît même leur existence, pourquoi cet individu, tout d’un coup, publie-t-il un pamphlet pour condamner ceux qui ont mené ces luttes pendant qu’il parlait d’autre chose.

          S’il découvre tout d’un coup l’anarchisme et l’antiracisme, pourquoi ne pas s’en inspirer plutôt que chercher des références du côté de nos ennemis ? Ce n’est pas par ignorance, car on voit qu’il s’est renseigné sur tout le monde, c’est par choix qu’il a choisi de dénoncer les positions de l’UJFP, Alternative libertaire, CNT, Sylvie Tissot, Christine Delphy, Pierre Tevanian, Sivan Eyal, Michèle Sibony, Eric Hazan, Olivier Cyran, Sébastien Fontenelle… en se basant sur les arguments de Claude Guillon, Yves Coleman, Pierre-André Taguieff ou Caroline Fourest !

          D’où la lourde responsabilité des éditions Libertalia et des orgas libertaires plus ou moins masochistes qui l’invitent. On peut comprendre après ça que des personnes se posent la question de la présence de deux invités aux idées totalement opposées et incompatibles, devant un même public, sans que ça suscite la moindre interrogation de ce public. Ce n’est plus un débat, c’est une conférence de presse sans contradicteurs ! A ce niveau, ce n’est plus le problème de Pierre Stambul ou Sidi Moussa, c’est le problème de l’OCL !

          repondre message

          • Encore un truc... 1er novembre 15:29, par Rouletabille

            Ces critiques s’appliquent aussi bien à Renaud Garcia, lui aussi invité par l’OCL – et qui, à propos de postmodernisme, en a profité comme son compère Sidi Moussa pour dresser un réquisitoire contre les Indigènes de la République et Houria Bouteldja, éternelle chasse aux sorcières d’un petit milieu inquisiteur qui n’a aucun autre sujet de préoccupation ni surtout de lutte ! On saura peut-être un jour les raisons de cette fascination d’un milieu se disant libertaire pour un groupuscule de peu d’importance et surtout sa porte-parole, au point de pondre des dizaines et des dizaines d’articles qui occultent tout autre débat. Et surtout avec des arguments d’une malhonnêteté sidérante qui recoupent ce que dit l’extrême droite. Comme le texte « Jusqu’ici tout va bien ? », diffusé par l’OCL, que j’invite les libertaires à lire attentivement pour oser soutenir que ce n’est pas une compilation de saloperies, de calomnies et de langue de bois.

            Mais dans le fond c’est plus contre-productif qu’autre chose. En tant qu’anarchiste, s’il y a une chose que je peux reprocher aux Indigènes (comme au NPA, par exemple), c’est de se découvrir soudainement le besoin de s’appeler « parti ». Rien que pour ça, je ne pourrais pas me retrouver dans ces groupuscules. Pour le reste, je milite avec des gens qui n’ont pas forcément les mêmes idées que moi, mais que je retrouve dans mes luttes. Dans ces luttes, je me retrouve parfois aux côtés des Indigènes ou du NPA malgré nos désaccords, mais je n’y ai JAMAIS vu leurs détracteurs. JAMAIS !

            Et qui sont-ils, ces ayatollahs de la pureté idéologique libertaire ? Laissons répondre leur principal porte-parole, Yves Coleman :

            « Les groupes trotskystes et anarchistes ou anarchosyndicalistes (à la notable exception de la CNT-AIT et de quelques petits groupes atypiques comme Non Fides ou les Luftmenschen dont nous publions les textes régulièrement) ont atteint un tel degré de DÉGÉNÉRESCENCE qu’ils ne savent même plus reconnaître un assassinat, une agression ou une manifestation antisémites. Et ce sont des maostaliniens qui font preuve d’un bon sens élémentaire dans l’analyse des dernières MANIFESTATIONS ABUSIVEMENT DITES "PROPALESTINIENNES". Raison pour laquelle je me vois CONTRAINT de publier leurs textes malgré mes nombreux désaccords et leur sectarisme outrancier... »

            Trois articles du PCMLM sur les manifestations prétendument "propalestiniennes"
            http://mondialisme.org/spip.php?art...

            Et suivent les articles de ces « maostaliniens » qu’apprécie tant Coleman, dont je donne le lien, et que tous les participants à des rencontres libertaires auraient dû lire, car c’est trop facile de prétendre ne pas être au courant : il s’agit d’une condamnation sans appel de la manifestation pro-palestinienne qui avait suivi les massacres à Gaza, où on nous parle d’« attaque de synagogue », de « pogrom », d’équivalence entre antisémitisme, antisionisme et fascisme. Non seulement il n’y a pas la moindre solidarité envers les Palestiniens, mais manifester pour Gaza est considéré comme une preuve d’antisémitisme et de négationnisme.

            Peut-être que personne n’a lu ça à l’OCL, mais Sidi Moussa lui l’a forcément lu puisque Coleman fait partie de ses références dans sa critique de l’antisionisme et de l’antiracisme. Il l’a lu et il l’a approuvé.

            Mais il y a beaucoup mieux : une autre chose que Sidi Moussa ne pouvait pas ignorer, c’est les attaques directes et nominales de Coleman contre l’UJFP (et spécialement Pierre Stambul), l’OCL (pas rancunière), le BDS ou Alternative libertaire :

            Campagne BDS contre Carrefour et « je vous laisse deviner »....
            http://mondialisme.org/spip.php?art...

            Selon l’OCL, le CRIF serait une puissance occulte qui commanderait les 91 conseillers de la communauté Est-Ensemble de l’Ile de France
            http://mondialisme.org/spip.php?art...

            Limites de l’antisionisme n° 15 : Les « antisionistes » sont eux aussi sujets au « mal de mer »...
            http://www.mondialisme.org/spip.php...

            On comprend bien que dans ces conditions Yves Coleman n’aurait pas pu se pointer dans des rencontres libertaires pour continuer à y insulter un public libertaire. Quoique plus rien ne m’étonne quand on voit que l’OCL n’a pas réagi à ces attaques, mais que c’est l’UJFP et Alternative libertaire qui ont dû le faire :

            Benjamin Netanyahu, maître à penser de Monsieur Yves Coleman : Mondialisme.org réussit son examen d’entrée dans l’extrême-droite sioniste
            http://www.ujfp.org/spip.php?article4304

            Mais il a trouvé un excellent relais avec Sidi Moussa, qui dit les mêmes choses mais d’une manière moins agressive susceptible d’abuser un public consensuel ne voulant pas se poser trop de questions. Car il faut vraiment être de mauvaise foi pour ne pas reconnaitre la similitude entre les thèses défendues par Sidi Moussa et celles de Coleman et ses « amis » respectables. Mais pour ça il faudrait abandonner la politique de l’autruche et accepter la critique, ne serait-ce qu’écouter une pensée différente.

            C’est pas gagné !

            repondre message


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette