Accueil > Actualités, Tracts et Communiqués > Actualités > Soutien à Nantes Révoltée !

Soutien à Nantes Révoltée !

vendredi 28 janvier 2022, par Saint-Nazaire

L’annonce de la demande de dissolution de Nantes Révoltée sonne comme une mise en garde pour toute critique politique et sociale de l’ordre établi. Cet énième mise en scène des biceps répressifs de l’État de droit illustre paradoxalement la faiblesse d’un pouvoir qui ne tire sa légitimité que de ses seules fonctions régaliennes.


Voir en ligne : Soutien à Nantes révolté

Les tenants de l’ordre républicain cognent un coup à droite, un coup à gauche, dissolvant des groupes fascistes, menaçant des médias libres de contre-information.

Toute cette agitation signe l’aveu de faiblesse d’un personnel politique qui échoue à mettre au pas des fractions de la population qui savent ne plus rien avoir à attendre de sa part, hormis davantage de répression et la dégradation continue de ses conditions d’existence. L’annonce de la dissolution du média libre Nantes Révoltée est, en la matière, un cas d’école.

En solidarité nous reproduisons l’appel lancé par le média nantais sur son site.

Le régime politique semble avoir atteint un niveau d’illégitimité et de faiblesse si élevé qu’il se sent menacé par un petit média indépendant et local. Le nôtre. En 24h, une poignée d’élus de droite et d’extrême droite ont réclamé la « dissolution » de Nantes Révoltée. Demande immédiatement exaucée ce mardi 25 janvier. Darmanin, en personne, à l’Assemblée Nationale, annonçait la procédure de dissolution.

Cela fait des années que le pouvoir chercher à nous détruire. A détruire l’esprit de révolte qui anime Nantes. Pour Darmanin : Nantes Révoltée lance « depuis la loi El Khomri des appels à la violence » et tient « contre l’État et les policiers des propos inacceptables ». Si relayer des appels à manifester est un motif de dissolution, il va falloir s’attaquer à plusieurs dizaines d’organisations, syndicats, pages Facebook dans ce pays. Si s’opposer aux violences d’État, comme nous le faisons, est un motif de dissolution, il va falloir « dissoudre » avec nous des centaines de journalistes, de pages Facebook, de médias.

« Une fois que les choses seront inattaquables, puisque toute dissolution proposées à monsieur le premier ministre et monsieur le président ont été validée par le conseil d’État », la procédure sera lancée. Le pouvoir est une mise en scène permanente. La manifestation qui justifie la tentative de destruction de Nantes Révoltée jusque dans l’hémicycle de l’Assemblée Nationale n’était qu’une petite manifestation, contre l’extrême droite, appelée par plusieurs collectifs et syndicats, et globalement calme. Une manifestation comme il y en a des centaines à Nantes et dans le reste de la France chaque année.

La vérité du moment, c’est un ministre de l’Intérieur accusé de viol, à la tête d’une police sanguinaire, dans le gouvernement d’un banquier élu grâce au chantage électoral. La vérité, c’est une crise politique, sanitaire, économique et écologique totale. La vérité, c’est que plus personne dans ce pays ne croit un seul mot ni du gouvernement, ni des médias dominants. Pour cacher ces vérités, il faut réprimer, censurer, mettre en scène la destruction d’un média indépendant animé par quelques bénévoles. La vérité, c’est qu’à l’heure ou des milliardaires d’extrême droite monopolisent les médias, le moindre contre-pouvoir, la moindre parole divergente doit être écrasée à tout prix. Nous avons une bonne nouvelle : un régime aussi faible est un régime sur le point de tomber.

Nantes Révoltée est un média, lu par plusieurs millions de personnes chaque mois, et comptant plus de 250 000 abonnés sur différentes plate-formes. Nantes Révoltée a documenté la charge qui a tué Steve, les mobilisations des Gilets Jaunes, la lutte sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes, les occupations pour les sans-abris. Depuis 10 ans, nous avons donné de la force et du soutien à celles et ceux qu’on n’entend pas. Animé la vie sociale, politique et artistique à Nantes et bien au delà.

Maintenant, nous avons besoin de votre soutien. Nous sommes en contact avec des avocats. Nous lanceront une pétition dans la soirée. Vous pouvez écrire à vos députés locaux, en particulier ceux de Nantes, qui ont appuyé la demande de dissolution. Nous publierons d’autres informations très prochainement.

Répondre à cet article

2 Messages

  • Soutien à Nantes Révoltée !

    5 février 14:51, par gg

    "un pouvoir qui ne tire sa légitimité que de ses seules fonctions régaliennes"...? Si c’était le cas, le capitalisme moderne ne règnerait pas autant sur les esprits par autoconsentement qu’il ne le fait... personne ne pousse les gens à se caler devant des écrans pour se mettre en spectacle sur FB, nourrir les stats de Google, offrir des temps de cerveaux disponibles, liker, etc.

    repondre message

    • Soutien à Nantes Révoltée ! 6 février 08:31, par chazoff

      La légitimité d’un pouvoir n’est pas exactement la même chose que l’acceptation d’un pouvoir par adhésion, passivité, ou par servitude volontaire.
      Les fonctions répressives comme garantes de l’ordre des affaires sont un trait caractéristique des démocraties autoritaires. La légitimité du pouvoir n’est plus tant du côté des scrutins électoraux et le la fabrication d’un consensus programmatique, que dans la capacité à réprimer toute tentative de subversion au nom de l’ordre et de la sécurité.

      repondre message


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette