Accueil > Actualités, Tracts et Communiqués > Actualités > BONNETS ROUGES : POUR UN PÔLE OUVRIER À CARHAIX

Le 30 novembre

BONNETS ROUGES : POUR UN PÔLE OUVRIER À CARHAIX

Appel

jeudi 28 novembre 2013, par WXYZ


Suite à la manifestation de Quimper du 2 novembre qui se mobilisait sur le mot d’ordre « Vivre, décider et travailler en Bretagne », le Comité pour le maintien de l’emploi en Bretagne appelle à un rassemblement revendicatif et festif à Carhaix, samedi 30 novembre, sur le site de Kerampuil.

Des ouvrières et ouvriers des usines Marine Harvest, GAD, Tily Sabco, et des militants du collectif carhaisien appellent à former un pôle ouvrier sur la base du texte ci-dessous, pôle qui rejoindra le rassemblement des Bonnets Rouges pour défiler ensuite à travers Carhaix.

Après les amalgames douteux et les propos injurieux que certains médias ou leaders parisiens ont prononcés, suite à la manifestation de Quimper du 2 novembre, cette initiative veut pointer le caractère de classe de la mobilisation actuelle contre la crise de l’emploi qui frappe durement l’agro-alimentaire, entre autres secteurs d’activité en Bretagne.

OCL Nantes



Comme le 2 novembre à Quimper, et pour certains à Carhaix, nous appelons la population de la région à soutenir nos revendications légitimes et notre droit à vivre, à décider et de travailler au pays.

Malgré la déclaration de certains employeurs et du MEDEF finistérien, nous n’oublions pas que la situation actuelle a été produite par certains patrons de Bretagne, de France et d’ailleurs. Ces "grands" patrons, pendant des années, qui ont imposé dans les usines agroalimentaires des salaires de misère et des conditions de travail déplorables pendant qu’ils s’enrichissaient grâce à des subventions nationales et européennes.

Aujourd’hui les usines ferment, ce n’est pas aux salariés de payer !

Tout cela a été rendu possible grâce aux décisions des États et de l’Union Européenne, grâce à la complicité de gouvernements successifs, de droite comme de gauche, qui ont détruit les acquis sociaux, les services publics, les garanties collectives des salariés au nom du libéralisme économique.

Nous affirmons qu’il faut l’unité de tous les syndicats de salariés, petits artisans et commerçants, l’unité ouvrière la plus large contre les plans de licenciements dans le privé et contre les suppressions de postes dans le public.

Nous avons ras-le-bol de cette austérité et de l’injustice fiscale. La dernière en date : les hausses prévues de la TVA. Elles frapperont surtout les plus modestes et les plus démunis au même titre que l’écotaxe dont la mise en application impacterait le prix de vente des denrées transportées.

Les solutions existent pour combattre le libéralisme économique. Elles passent par l’interdiction des licenciements, la réquisition ouvrière des moyens de production et la nationalisation des entreprises bénéficiaires qui licencient.

___

Le comité pour le maintien de l’emploi en Bretagne. Vu par les ouvrières et ouvriers de Marine Harvest, Tily Sabco et Gad.
Premiers soutiens : la CGT des Marins du Grand Ouest, le SLB (Syndicat des travailleurs de Bretagne), le Comité Brestois de soutien aux travailleurs-ses de l’agroalimentaire…

_ _ _ _ _ _

Evel m’hor boa graet d’an 2 a viz Du e Kemper , hag evit lod all e Karaez, e c’halvomp pobl ar vro da souten hon azgoulennoù reizh evit gellet bevañ, dibab ha labourat er vro.

Daoust d’ar pezh zo bet lâret gant darn eus implijerien ha MEDEF Penn-ar-Bed ne ankoueomp ket ec’h en em gavomp e lec’h m’emaomp abalamour da batroned zo eus Breizh, eus ar Frañs hag eus lec’h all. Ar batroned « vras » se o deus plantet en uzinoù gounezvouedel goproù izel spontus ha doareoù labourat start abominapl keit ma oant o lakaat leun o sakod a drugarez da yalc’hadoù ar stad ha re an Europa.

Hiziv an deiz e vez serret an uzinoù ha n’o deus ket ar vicherourien da baeiañ evit se !

Kement-mañ o deus gellet ober a drugarez da dibaboù ar stadoù hag Unvaniezh Europa ha gras d’ar gouarnamantoù ma vijent bet eus an tu-kleiz pe deus an tu-dehoù, o deus distrujet ar gounidoù sokial, ha gwarantoù stroll al labourerien e añv ar frankizouriezh ekonomikel.

Lavarout a reomp eo dleet lakaat da labourat asambles holl sindikadoù al labourerien gant an artizaned vihan ha ar gonversañted evit an unvaniezh ar brasañ ma c’hellomp evit lavarout nann d’an dilabour en embregerezhioù prevez ha nann d’ar postoù labour serret er servij publik.

Arruomp poazh gant ar ruster hag an tailhoù direizh. An hini diwezhañ : Kreskoù raktreset an taos war ar gwerzh ouzhpennet (TGO) da lâret eo an TVA. Anduret e vint gant ar vunutañ evel an ekotaos kar e vo kresket prizioù gwerzh ar boued hag ar madoù treuzdouget. Bez e c’hellomp stourm ouzh ar frankizouriezh ekonomikel. Ma vez difennet e vije skarzhet al labourerien, ma vez lakaet an doareoù produiñ etre daouarn ar vicherourien ha ma vez broadelet an embregerezhioù a ra gounidoù hag a skarzh tud daoust d’o gounidoù.

Savet gant ar c’homite evit derc’hel al labour e Breizh . Bet gwelet gant micherourien ha micherourezed Marine Harvest, Tily Sabco ha Gad.

Répondre à cet article

5 Messages

  • Ils n’ont pas l’impression de servir de caution ouvrière surtout ?

    A chaque fois,
    1. Troadec - qui appelle à voter PS à chaque 2e tour comme aux dernières législatives,
    2. Merret - qui demande une économie plus libérale,
    3. Le Mat - qui pense que la réforme des retraites du PS ne va pas assez loin,

    s’enorgueillent de la présence d’ouvriers.

    Au final, on entend jamais les ouvriers, à part Le Bras, de FO, dont la ritournelle est : "Sans patrons pas d’ouvriers et sans ouvriers pas de patrons". Loin du contenu de ce tract fort intéressant au demeurant.

    PF

    repondre message

    • Parler de "caution" ouvrière, cela supposerait qu’il y une stratégie quelque part et des "tactiques" pour y accéder.... Je crois qu’on est à 10 000 kilomètres de ça.

      De loin, j’ai l’impression que les gens en lutte dans de « Comité pour le maintien des emplois » essaient de se frayer un espace d’expression avant tout pour exprimer une révolte, des revendications spécifiques concrètes et un point de vue de "salariés" menacés de licenciements. Point.

      Comme dans tous les conflits sociaux, surtout dans les villes petites et moyennes, les gens en lutte font appel à leurs zélus pour obtenir un soutien. Parce qu’un élu, il a des relations haut placées, et les gens se disent : il faudrait qu’ils les utilisent pour nous.

      Il se trouve que Troadec n’est pas un obscur élu local d’un parti constitué (PS, UMP, PC...), il a son propre mouvement, il a un projet politique, disons autonomiste "centre gauche", qui suppose d’être bien avec tout le monde... comme tout politicien : les différents patronats, les salariés, les commerçants, les usagers des services publics, les parents d’élèves, etc..

      En fait, les salariés essaient d’utiliser leurs élus. Et ces mêmes élus utilisent ces salariés. C’est la règle du jeu normal, tant que le jeu n’est pas déréglé.

      repondre message

      • On peut donc parler de caution, puisqu’il y a bien "tactique" et stratégie.

        Au déparrt, il y avait le collectif "vivre, travailler et décider". Mais Troadec a ramené les anti-ecotaxes, où a été fait le lien fallacieux entre l’écotaxe et les licenciements.

        Merret et Troadec sont les deux voix du mouvement, d’ailleurs ils avaient prévus leur coup après la manif de Carhaix en écrivant une lettre à François Hollande. Si ce n’est pas se réapproprier une mobilisation ?

        Ensuite, dire que Troadec ne fait pas de stratégie, autant que Sarkozy agit avec son coeur ! Rappelons que depuis 2007, et Ségolène Royal, il appelle systématiquement à voter PS. Il a été un temps quand il était conseiller régional dans la majorité PS. Et s’est montré fièrement aux législatives sur une affiche avec Hollande, en disant "si je suis élu je voterai comme la majorité PS" ! Il aurait donc voté l’écotaxe ?

        Je ne parle pas de la FNSEA ou des membre de l’institut de Locarn ou encore de Le Mat (le 3e larron) sur les photos dont son syndicat de petit patron pense que la réforme des retraites ne va pas assez loin.

        Oui, il y instrumentalisation, dont le discours est "on est tous dans le même bateau". Il est temps que le pole ouvrier se démarque.

        PF

        repondre message

        • On ne s’est pas compris

          Il n’y a pas de stratégie de la part des ouvrier-e-s licen cié-e-s. Ils utilisent ce qui se présente, ce qu’ils et elles ont sous la main pour essayer d’arracher quelque chose et d’ailleurs, dans chaque boîte (Tilly Sabco, Marine Harvest), la situation est totalement différente, le rapport ouvriers-patron n’a rien à voir.

          D’où l’idée d’un Comité pour le maintien de l’emploi sur une base territoriale (le Centre-Bretagne), réunissant les travailleurs concernés, les habitants solidaires, Troadec et autre.

          Dire « Il est temps que le pole ouvrier se démarque », certes, ce serait beaucoup mieux… mais s’il le fait, ce ne sera pas pour le simple fait ou le plaisir de se démarquer (pourquoi faire ?) mais parce qu’une autre perspective se présentera à lui, avec nécessairement d’autres contenus.

          Or pour l’instant ?

          repondre message

          • BONNETS ROUGES : POUR UN PÔLE OUVRIER À CARHAIX 9 décembre 2013 16:07, par gg 44

            Il n’y a pas que Merret , Troadec ou Le Mat qui se sont exprimés sur la scène le 30 novembre à Carhaix. Également les ouvrières de Tilly et une pour le pôle ouvrier en lisant l’appel, passons sur la prise de parole de Le Mat de FO-GAD, des frères Troadec... Un petit paysan aussi s’est exprimé prônant une autre agriculture, mais qui a retenu son nom ?

            Servat a chanté la chanson "les prolétaires"... Mais de tous ces prolétaires , qu’est-ce qu’on va en faire ?..", et la plupart des commentateurs le lendemain n’ont parlé que de la Blanche Hermine... Depuis Pont-de-Buis le 26 octobre ou Quimper le 2 novembre, beaucoup de gens de "gauche" donnent une version monocolore de ce qui se passe... La Bretagne est décidément un pays trés "déconcertant"... comme disait Ciliga.

            J’ai l’impression que les critiques contre la présence d’ouvrier-e-s dans ce rassemblement oublient deux choses :

            • les centrales syndicales sont vent debout contre tout mouvement social qui puisse faire de l’ombre au pouvoir. Pire, la CFDT GAD-Josselin organise une milice patronale avec les ouvriers de la boîte pour virer leurs collègues qui viennent protester de la délocalisation de la production en bloquant la sortie de la production à Josselin... Mais heureusement la CFDT n’appelait pas à Quimper, ni à Carhaix d’ailleurs !
              Que peuvent faire les ouvrieres si les structures censées les épauler leur tournent le dos ? Surtout si Troadec et Merret viennent greffer l’écotaxe sur la lutte pour l’emploi en Bretagne, avec les troupes aguerries de la FDSEA 29 Nord Léon qui savent casser sans hésiter un centre ville pour ménager leurs prix planchers et leurs subventions ! Ce n’est pas pour rien que le maire de Quimper a tout fait démonter avant la manif... Ce sont ces personnes qui ont pété la sono de FO !
            • le paternalisme ambiant qui règne dans les usines des territoires sinistrés économiquement a la peau dure ; un article de CQFD Novembre dépeignait bien l’ambiance à Guerlesquin chez Tilly, puisque Tilly fondateur de la boite a régné en maire et en maître pendant de longues années... Comment des ouvrier-e-s qui ont le dos au mur et qui voient les défaites successives d’autres usines (Arcelor Mittal par exemple en Lorraine) pourraient ils lancer une structure de lutte pronant l’autonomie ouvrière !???? Je suis écoeuré par les leçons de radicalité assénées à longueur de forum par des personnes ayant une vision mécaniste d’excommunication. Surtout après avoir appris le suicide d’un mec de GAD ces derniers jours.

            Il y a un projet d’action en cours de discussion en Bretagne au niveau du comité pour la défense de l’emploi en Bretagne. Il s’appuie sur peu de forces car il aura contre lui la droite et la gauche, les patrons et les syndicats. Les critiques radicales seront alors chaleureusement invitées à se mouiller pour soutenir cette tentative. Parler c bien, agir c mieux !

            repondre message


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette