Accueil > Courant Alternatif > 326 janvier 2023 > Des saumons de terre en Bretagne ! La suite …

CA 326 Janvier 2023

Des saumons de terre en Bretagne ! La suite …

mardi 10 janvier 2023, par Courant Alternatif

La mobilisation contre le projet d’usine de saumons à Plouisy près de Guingamp en Bretagne continue (cf Courant alternatif n° 317 février 2022). L’agglomération de communes, porteuse du projet, se divise...


Voir en ligne : Site du collectif Douriou Gouez (Eaux sauvages)

Depuis 18 mois le collectif Douriou Gouez (Eaux sauvages en breton), épaulé par la Confédération Paysanne, Eaux et Rivières de Bretagne et les conchyliculteurs, a pu maintenir la pression grâce à diverses actions, des rassemblements , et aussi par l’organisation de 3 soirées d’informations publiques. Lors des élections législatives de juin dernier nous avons demandé aux candidats de se positionner pour ou contre le projet.   Ceux qui ont répondu étaient contre : LFI, EELV, NPA, UDB. La CGT et Solidaires se sont déclarés contre aussi.

Le collectif Douriou Gouez se renforce

Depuis un an des liens se sont tissés avec la branche bretonne des Soulèvements de la Terre qui s’est donnée pour nom : « Reprendre la Bretagne aux machines ». Plusieurs militantes et militants viennent régulièrement aux réunions et sont de toutes les actions. C’est à l’appel de Douriou Gouez et de Reprendre la Bretagne aux machines que nous avons manifesté ce 10 décembre .
Quelle belle journée !
Dès le matin par 3° avec un beau soleil, nous étions 300 pour planter une haie sur le site envisagé, tout un symbole pour des terres que certains voudraient voir bétonnées pour le business. Et quelle ardeur ! Partageant la soupe et les crêpes à midi les visages étaient radieux. A 15 h ce sont 1300 personnes qui ont répondu à notre appel à manifester dans les rues de Guingamp. Des banderoles, de nombreux drapeaux d’organisations politiques, associations de défense de la Nature, syndicats…. Ils et elles sont venus des Côtes d’Armor et de toute la Bretagne, et même du Poitou pour nous parler des bassines. L’après-midi s’est déroulée sous le signe du plaisir d’être ensemble pour enterrer ce projet et ses « promesses », toujours les mêmes quand il s’agit d’agro-industrie : nourrir le Monde et créer des emplois !

Nourrir le monde ...

C’est vraiment très prétentieux ! Bien sûr c’est le contraire qui se passe. Car pour gaver des saumons d’élevage il faut un aliment composé en bonne partie de farine de poissons pêchés notamment sur les côtes d’Afrique de l’Ouest, privant ainsi les peuples côtiers d’une des bases de leur alimentation.
Comme toujours : le pillage, le vol des ressources restent encore les meilleurs moyens pour s’enrichir. Tous ces trusts de l’agro-alimentaire prétendent nourrir le Monde. Mais c’est vouloir ignorer qu’une bonne partie des humains se nourrit en fait de la production de petits agriculteurs qui résistent à la pression des multinationales de l’agroalimentaire.

Et l’emploi ?

Ils veulent nous faire croire que les emplois sont un cadeau, une manne céleste qui nous permet de ne pas tomber dans la misère. Non, la vérité est que le capital sous peine de disparaître a besoin qu’on bosse, en passant sous silence que notre travail est la source de leur richesse. Il leur faut sans cesse nous rappeler que l’important est de travailler, qu’importe comment, pour qui et pourquoi. Qu’importe ce que l’on produit, qu’importe l’inutilité sociale de cette production, voire la nuisance sociale. Ce qu’il faut à tout prix en ces temps de questionnement sur l’avenir de l’humanité, c’est maintenir le consumérisme et la croissance comme toujours indépassables !
En résumé le Capital épuise les réserves naturelles et les travailleurs pour faire du fric.

Le bloc des élus se fissure  

Au cours de l’été sec 2022, le secteur de la régie des eaux de Guingamp a été à deux doigts de limiter la fourniture d’eau aux particuliers. Le président de l’Agence de bassin Loire-Bretagne a plusieurs fois alerté sur la gravité de la situation, mettant en garde contre la construction d’un projet gourmand en eau comme une usine à saumons. Courant novembre le maire de Plouisy, commune qui doit accueillir le projet, nous annonce avec son conseil municipal qu’il ne signera pas le permis de construire, alors qu’un an auparavant il était un ardent défenseur du projet. Aïe ! Le maire en question est le vice-président de l’agglomération de communes, en charge de l’eau et de l’assainissement. Pour la petite histoire il est macroniste, alors que la majorité des maires du bureau de l’agglo est PS. Ce retournement qui fleure bon l’opportunisme du carriériste politicien indique clairement que le projet a du plomb dans l’aile !
C’est le 6 janvier 2023 que la demande de permis de construire sera déposée en mairie de Plouisy, et une demande d’autorisation environnementale en préfecture. Le préfet donnera son avis pour septembre 2023. D’ici là nous saurons trouver les moyens de mobiliser pour que ce projet ne se fasse pas.

Pédernec, le 22/12/22

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette