Accueil > Actualités, Tracts et Communiqués > Dossier Monde Arabe et Moyen Orient > Entretien avec des anarchistes palestiniens : Voix de première ligne (...)

Entretien avec des anarchistes palestiniens : Voix de première ligne contre l’occupation

mardi 24 octobre 2023, par admin x


Voir en ligne : Texte original sur le site de la Fédération anarchiste Rose Noire (Etats-Unis)

Dans cette nouvelle phase, encore plus horrible , des 75 ans d’occupation de la Palestine par Israël, il est important de donner une tribune aux Palestiniens qui luttent contre le nettoyage ethnique.
Black Rose/Rosa Negra (BRRN) a contacté Fauda , un petit groupe basé en Cisjordanie qui de défini comme une organisation anarchiste palestinienne, pour recueillir son avis sur la lutte actuelle. Fauda est un groupe qui est nouveau pour nous, et sur lequel nous n’avons pas plus d’informations que l’interview présentée ici et ce que l’on peut trouver sur leurs chaînes publiques. En raison de notre connaissance limitée de la politique, de la stratégie et des activités de Fauda, la publication de cette interview n’est pas une approbation totale de leur position. Mais nous espérons que cet entretien constituera une étape dans la création de davantage de liens entre les révolutionnaires américains et la jeunesse militante en Palestine, ainsi que d’une meilleure connaissance et compréhension mutuelle.
Indépendamment des similitudes ou des différences dans nos politiques, nous pensons que nous devons écouter les points de vue des militants sur le terrain qui résistent à la violence du nettoyage ethnique financé par les États-Unis. Nous espérons que cette courte interview pourra contribuer à renforcer notre propre travail de sape de l’impérialisme et du colonialisme de peuplement.
Hormis les modifications apportées pour plus de clarté dans la traduction, le contenu de cette interview est présenté tel quel. Nous souhaitons remercier nos amis palestiniens et arabophones pour leur aide dans la réalisation et la traduction de cette interview. Nous souhaitons également exprimer notre gratitude au représentant de Fauda qui a répondu de manière réfléchie à nos questions pendant un moment d’extrême incertitude et de violence.

1. BRRN : Pouvez-vous nous parler de votre groupe – quelles sont vos activités et qu’est-ce qui distingue Fauda des autres groupes politiques palestiniens, comme le FDLP, le FPLP, le Hamas, le Fatah, etc. ?

1. Notre groupe est connu sous le nom de « Mouvement du chaos en Palestine » et est composé de jeunes militants et universitaires de l’intérieur et de l’extérieur de la Palestine.
Notre objectif est de rassembler toutes les forces ayant diverses idées et tendances politiques et intellectuelles et de les concentrer sur la lutte contre l’occupation injuste et la pensée sioniste raciste en Palestine. C’est pourquoi nous entretenons de bonnes relations avec certains jeunes de confession juive, certains convertis, certains musulmans, chrétiens et autres.
L’idée est que de nombreux Palestiniens s’opposent aux actes racistes et injustes commis par l’occupation sioniste, mais ils ne trouvent pas un axe unique autour duquel ils pourraient s’unir. C’est pourquoi nous voyons souvent qu’au lieu de se concentrer sur la lutte contre le racisme et le système d’apartheid sioniste, ils s’opposent.
Nous jouons ici le rôle de médiation entre les différentes parties pour rassembler toutes les capacités des Palestiniens pour combattre le régime de l’apartheid.
Nous avons mené diverses activités, notamment enseigner à la jeunesse palestinienne comment lutter et les idées des anarchistes (l’unité éducative), coordonner divers blocages et manifestations, certaines pacifiques et d’autres sous la forme d’un « black block » (l’unité exécutive), publier des informations et tout ce qui concerne la Palestine et le peuple palestinien, ainsi que ce que font l’armée et les systèmes de sécurité israéliens : suppression des libertés individuelles et sociales, démolition de maisons palestiniennes, meurtre d’enfants, massacres et génocide contre le peuple palestinien et... (Unité d’Information) et diffusion d’informations importantes sur l’histoire de la Palestine, l’histoire du conflit palestinien et israélien et les différences intellectuelles auxquelles la nouvelle génération peut être confrontée par rapport à son passé, car nous sommes ici face à une guerre médiatique qui déforme les faits et les retourne en faveur d’Israël. Comme vous le savez, Israël dispose de chaînes qui diffusent 24 heures sur 24 en arabe afin de déformer les faits historiques et de diffuser de faux récits sur le passé et ce qui se passe actuellement sur le terrain (Unité Médias).
Ceci est un bref aperçu du mouvement Fauda en Palestine.

2. BRRN : Que voulez-vous que vos camarades américains sachent sur la situation actuelle en Palestine ?

2. Concernant cette question, je veux dire à tous nos frères du monde entier, pas seulement aux États-Unis, de ne jamais faire confiance à ce que vous dit l’empire médiatique mondial, car nous avons toujours vu comment il déforme l’information et la transforme en faveur du colonialisme mondial et de l’occupation sioniste.
Ici, en Palestine, nous souffrons. Nous souffrons d’être privés du minimum vital. Je veux que vous sachiez qu’il n’y a pas un seul jour - je vous l’assure, littéralement - il n’y a pas un seul jour où l’armée israélienne n’arrête pas un jeune Palestinien ou une jeune Palestinienne alors qu’elle marche dans la rue sans savoir ce qui l’attend le reste de sa journée.
Les zones palestiniennes de Cisjordanie souffrent presque quotidiennement de coupures d’électricité et d’eau. Depuis des années, l’armée israélienne cherche à déplacer par la force certaines zones palestiniennes afin de s’en emparer et d’y construire de nouvelles colonies. Dans le passé, l’armée utilisait toutes les méthodes répressives et violentes pour évacuer ces zones, mais récemment, nous constatons qu’elle pratique une politique douce pour les mêmes objectifs précédents, à savoir le déplacement forcé. Cette politique douce consiste à couper l’électricité et l’eau pendant une longue période, à ne pas collecter les déchets de ces zones afin qu’une odeur nauséabonde s’y dégage, à lancer des manœuvres militaires globales à proximité de ces zones pour nuire à la population palestinienne de cette zone, et d’autres actions inhumaines menées par l’occupation sioniste. Ceci est une très petite et simple illustration de ce qui se passe tout au long de l’année ici en Palestine, en particulier en Cisjordanie.
Actuellement, au milieu de cette guerre violente, les forces de sécurité israéliennes ont arrêté un grand nombre de civils en Cisjordanie sans aucune accusation spécifique, par crainte d’un déclenchement d’affrontements en Cisjordanie. Imaginez que vous êtes assis chez vous avec votre famille et que soudain des soldats israéliens entrent, pointant leurs armes sur vous et votre famille, et vous arrêtent sans que vous n’ayez commis aucun crime. C’est exactement la situation ici. J’aurais aimé qu’il ne s’agisse que d’arrestations. Dans de nombreux cas, les arrestations entraînent de graves tortures dans les prisons, voire la mort, du fait de ces pratiques systématiques.
Je veux que vous sachiez autre chose, c’est que l’Autorité palestinienne et le président Mahmoud Abbas ne nous représentent pas du tout, nous, le peuple palestinien. Nous rejetons l’autorité et nous rejetons Abbas et tous ses ministres. Je ne sais pas si vous avez entendu parler de l’accord de coordination de sécurité entre l’occupation sioniste et l’Autorité palestinienne. Il y a des années, l’Autorité a conclu un accord en vertu duquel elle servirait l’entité occupante en termes de sécurité. Autrement dit, tous les jeunes militants palestiniens qui combattent l’occupation sioniste d’une manière ou d’une autre, l’autorité les poursuit, les arrête et les livre à l’occupant, et alors personne ne connaît leur sort. L’Autorité palestinienne et le président Mahmoud Abbas ne nous représentent pas, ni nous ni aucun autre Palestinien. Ils sont complètement rejetées dans la rue palestinienne, mais malheureusement ils sont officiellement et internationalement reconnues par les Nations Unies et soutenues par les États-Unis d’Amérique.

3. BRRN : Comment s’est déroulée la semaine dernière pour vous personnellement ?

3. Le problème n’est pas une question d’une semaine ou deux, mon frère. Nous vivons toute l’année dans un état d’oppression et de privation des libertés individuelles et sociales. Oui, la semaine dernière, il y a eu beaucoup plus de tragédies et de nouvelles douloureuses que les mois précédents. Nous avons reçu la nouvelle du décès d’un grand nombre de nos parents et amis dans les territoires palestiniens. C’est très douloureux. Nous avons de nombreux amis chez nous et à Gaza. La population palestinienne de Gaza vit désormais dans une situation très dangereuse. Pendant plus de trois ou quatre jours, ils ont coupé l’électricité et l’eau dans la bande de Gaza. Lorsque l’électricité est coupée, de nombreux services sociaux s’arrêtent, notamment les hôpitaux. Les bombardements se poursuivent 24 heures sur 24 contre la population de Gaza. Même au milieu de la nuit, ils bombardent cette petite zone. Israël a complètement encerclé cette zone. Les gens ne peuvent même pas s’échapper. L’occupation empêche l’aide humanitaire d’atteindre Gaza. Il interdit la nourriture, interdit l’eau, interdit les médicaments et tout. Gaza est devenue un petit donjon, bombardé de toutes parts et de tous côtés. Imaginez qu’une mère voit son jeune enfant blessé et saignant, mais qu’aucun hôpital ne fournisse de services en raison d’une panne de courant. Comment voudriez-vous décrire les sentiments de cette mère ?
Mon frère, les mots ne peuvent pas décrire ce qui se passe ici. Cette région est devenue un enfer à cause de l’occupation et de la présence du sionisme.

4. BRRN : Selon vous, quels mouvements en Palestine détiennent le plus d’espoir pour l’avenir des Palestiniens et pourquoi – par exemple, la fosse aux lions de Naplouse [1], ou différentes luttes ouvrières ?

4. Nous avons besoin de mouvements de jeunesse qui croient à l’origine de la liberté et qui sont en harmonie avec le reste des mouvements et tendances en Palestine. L’expérience a prouvé qu’un seul mouvement ne peut pas accomplir une réalisation majeure menant à la libération de la Palestine. Nous devons tous traiter les uns avec les autres, qu’il s’agisse de musulmans, de juifs, de chrétiens, de convertis, d’anarchistes et d’autres idées qui existent dans l’arène palestinienne. C’est ce que nous cherchons : rassembler tout le monde sous une même bannière et avec un seul objectif, qui est de combattre le sionisme, de libérer la Palestine et de restaurer notre liberté. Bien entendu, il existe de nombreux mouvements sur la scène palestinienne, y compris la fosse aux lions. Mais la fosse aux lions n’est pas le seul mouvement. Il existe de nombreuses autres tendances et mouvements, y compris les luttes syndicales, qui luttent de toute leur énergie, mais en raison des conditions de sécurité strictes et des politiques répressives systématiques pratiquées par l’occupation et aussi par la traître Autorité palestinienne, ils ne s’expriment pas de manière visible et significative en public par question de prudence. Pour cette raison, je n’ai pas pu réaliser un entretien audio ou vidéo avec vous.

5. BRRN : En 2021, les Palestiniens de Cisjordanie, de Gaza, et même ceux qui sont citoyens israéliens, ont participé à une grève générale en réaction aux expulsions de familles palestiniennes à Sheikh Jarrah . Quel rôle voyez-vous pour les arrêts de travail et les grèves générales dans cette période ?

5. Je pense que nous avons dépassé le stade des grèves générales en Israël. Bien sûr, je ne veux pas nier l’importance des frappes et leur efficacité, mais la situation ici en Palestine et l’expérience ont prouvé que la seule solution est la lutte, voire la lutte armée, contre le régime de l’apartheid.
L’occupation ne refuse de commettre aucun type de crime, d’injustice ou de persécution.
Même si vous possédez une profession ou un magasin et que vous faites grève, le résultat sera qu’ils voleront votre magasin et le donneront à un sioniste, ou bien ils vous licencieront de votre travail, et ainsi un autre sioniste prendra le poste. Facilement !
Les conditions ici sont complètement différentes de ce qui vous arrive aux États-Unis, mon frère.

6. BRRN : Croyez-vous qu’il y ait un espoir qu’un grand nombre d’Israéliens de la classe ouvrière abandonnent un jour le sionisme – comme l’ont fait un petit nombre d’anarchistes et de socialistes, ou pensez-vous que l’attachement au colonialisme de peuplement est trop fort pour qu’ils puissent un jour le surmonter ?

6. Les sionistes qui sont ici sur les terres palestiniennes sont venus ici sur la base du principe idéologique selon lequel cette terre est leur terre et que le peuple juif est le peuple élu. Bien entendu, quiconque croit en ce principe et adopte cette idéologie ne peut pas facilement abandonner le sionisme, ni reconnaître la liberté d’autrui et l’origine de l’égalité entre les êtres humains.
Mais nous faisons une différence entre le sionisme et le judaïsme. Nous avons des amis juifs qui parlent hébreu et croient en la Torah, mais ils ne croient pas au sionisme et nous aident même dans nos activités contre l’entité occupante. Par conséquent, oui, nous espérons que le nombre de ces personnes augmentera et que beaucoup d’entre eux, notamment dans la classe ouvrière, abandonneront ce principe intellectuel raciste qui n’a aucun lien avec le judaïsme. Nous les accueillons et les recevons à bras ouverts, et nous pouvons les accepter et vivre ensemble en paix.

7. BRRN : Selon vous, quels sont les actes de solidarité pour la libération de la Palestine les plus efficaces que les camarades américains puissent entreprendre ?

7. Je pense que la chose la plus importante que vous puissiez faire est de soutenir les médias envers les Palestiniens. Vous pouvez expliquer au peuple américain la question palestinienne telle qu’elle est, et non selon le faux récit israélien. Vous pouvez publier des nouvelles et des événements se déroulant sur la terre de Palestine. Il existe de nombreuses vidéos et photos des crimes quotidiens de l’entité occupante sur les sites Internet palestiniens. Nous publions également cette nouvelle sur notre page Instagram @fauda_palestine et notre chaîne Telegram @fauda_ps. Vous pouvez traduire cette nouvelle et transmettre les faits à nos frères aux États-Unis. Ne faites pas des médias officiels et des chaînes américaines et israéliennes vos seules sources d’information et de suivi des événements. Suivez également les médias palestiniens. Les médias palestiniens sont confrontés à un très grave black-out médiatique. Essayez de briser cette opacité et d’accéder à certains faits actuels dans l’arène palestinienne.

(traduction automatique.
Sur le site de BRRN le texte original est en bilingue anglais-arabe)
.

A propos de la Fédération anarchiste de la Rose Noire, organisation américaine anarchiste « plateformiste » :

« Nous sommes une organisation de révolutionnaires qui partagent des visions communes d’un nouveau monde – un monde où les gens contrôlent collectivement leurs propres lieux de travail, communautés et terres et où tous les besoins fondamentaux sont satisfaits. Un monde où le pouvoir et la participation vont de bas en haut et où la société est organisée pour les aspirations, les passions et les besoins des peuples plutôt que pour le profit, la suprématie blanche et la domination raciale, le patriarcat ou l’impérialisme ; et où nous vivons de manière durable avec la planète.
Nous pensons que cette vision ne peut être réalisée que grâce au pouvoir révolutionnaire de la classe ouvrière organisée sur les lieux de travail, dans la communauté, dans les écoles et dans les rues pour renverser l’État et le capitalisme et construire un nouveau monde de bas en haut.
En tant que personnes cherchant activement à construire cette vision, nous nous inspirons des traditions de l’anarchiste-communisme, de l’anarcho-syndicalisme, de l’especifismo, du platformisme, du féminisme, de la libération queer, de la libération noire, de l’abolitionnisme, de l’antiracisme et de leur histoire de lutte mondiale pour la libération. Nous croyons en la nécessité d’avoir un foyer politique à partir duquel nous pouvons nous organiser et présenter notre vision. Nous croyons en la nécessité de créer des espaces pour le développement de nouveaux révolutionnaires qui permettent le regroupement de militants partageant les mêmes idées.
Nous voyons la nécessité de construire une organisation spécifiquement anarchiste unie autour d’un ensemble commun d’idées, de stratégie et de pratiques. Nous pensons que l’organisation politique doit répondre aux besoins de notre époque et agir comme un catalyseur dans les luttes visant à développer leur potentiel révolutionnaire. L’organisation politique devrait être un moyen de construire, de contribuer et d’apprendre des luttes sociales. »

P.-S.

L’organisation anarchiste américaine Black Rose / Rosa Néra à publié sur son site le 17 octobre cette interview du groupe anarchiste palestinien FAUDA - Mouvement du Chaos en Palestine que nous reprenons ici, sans en connaitre davantage sur cette organisation palestinienne.

Notes

[1La Fosse aux Lions (ou Le Repaire des Lions) est un groupe de jeunes militants palestiniens de Naplouse qui ont fait le choix de la lutte armée indépendamment des forces politiques palestiniennes classiques. Il existe depuis 2 ans dans les territoires palestiniens une multiplication de ces groupes « autonomes » qui n’affichent aucune affiliation politique mais pratiquent la lutte armée contre l’occupation (note de la traduction OCL)

Répondre à cet article

5 Messages

  • Merci pour le partage.

    Attention aux traductions automatiques ! Il s’est opéré un glissement sémantique bourgeois malencontreux dans le nom de l’organisation discutée.

    Je pense qu’il serait préférablement question d’un « Mouvement anarchiste palestinien » (harakat fawdaa bifilastin حركة فوضى بفلسطين), traduit sans parti pris par les camarades de Black Rose par « Fauda Movement in Palestine », davantage que d’un « Mouvement du chaos (sic !) en Palestine ».

    Le terme fawdaa فوضى souffrant lui aussi de la malheureuse ambiguïté de traduction « chaos, désordre » vs. « anarchie », que nous ne connaissons que trop bien.

    repondre message

    • Indépendamment de leur véritable identité, encore compliquée à determiner, le groupe en question semble adopter une imagerie résolument anarchiste, et se présente maintenant en anglais comme « Anarchist movement in Palestine. »

      Par l’intermédiaire d’une page insta (/ps_fauda/), le groupe vient de poster quelques informations additionnelles. Le tout est assez confus, et à certains endroits plutôt déconcertant. Je me contenterais de partager ici, sans en discuter le contenu, les seuls points informatifs quant à leurs orientations et intensions :


      La principale question que nous nous posons en tant qu’anarchistes palestiniens est de garantir nos libertés individuelles et sociales. Souvent, même un État ouvrier comme qu’étape de transition pose des problèmes majeurs et peut conduire à la tyrannie, à l’injustice et à l’abus de pouvoir jusqu’à priver la liberté d’autrui. Se concentrer excessivement sur les lois et la gestion de la société par l’État entraînera une accumulation excessive de pouvoir, comme nous l’avons vu dans de nombreux mouvements marxistes, et cela augmentera les possibilités de corruption et de tyrannie. Nous croyons également en l’abolition complète des États, mais s’il n’y a pas d’échappatoire à l’existence de l’État, il doit y avoir un petit État doté de pouvoirs très limités, auquel participent tous les segments de la société.

      Mais actuellement, en Palestine, le principal problème n’est pas celui-ci. Nous vivons désormais dans un climat de guerre. Nous voulons d’abord supprimer l’existence de l’entité occupante. C’est pourquoi personne ne soulève ces questions actuellement. Les conditions ne nous permettent pas de nous pencher sur ces sujets. Nous vivons actuellement une crise. Nous devons faire de gros efforts et il faudra beaucoup de temps pour que les gens ici tolèrent ces théories, sans parler de les acceptent. La plupart des gens ici en Palestine vivent dans un climat religieuse (qu’il soit islamique, chrétien, juif ou autre) et ont des cultures complètement différentes des cultures européennes, américaines ou autres. C’est pourquoi notre peuple considère parfois les classes sociales et les différences entre ces classes comme très naturelles et sensées.

      Ici, en Palestine, nous essayons de nous concentrer davantage sur les points communs que sur les différences. Bien sûr, il y a beaucoup de choses que la société palestinienne, en particulier les générations plus âgées, n’accepte pas. La raison en est qu’ils ont été élevés dans un environnement quelque peu traditionnel et religieux.

      Mais que faisons-nous ? Premièrement, nous nous concentrons sur la nouvelle génération, qui a plus de vitalité et d’activité que les autres et peut accepter bon nombre des nouvelles idées que nous proposons, ou du moins peut les aborder plus ouvertement. Deuxièmement, nous ne considérons pas le moment approprié pour discuter de questions controversées, mais plutôt nous mettons l’accent sur la solidarité et la coopération ensemble pour atteindre nos objectifs communs.

      (Texte source en anglais).


      repondre message

  • Ce groupe n’a rien d’anarchiste. C’est un groupe qui milite pour l’unité nationale : "Notre objectif est de rassembler toutes les forces ayant diverses idées et tendances politiques et intellectuelles et de les concentrer sur la lutte contre l’occupation injuste et la pensée sioniste raciste en Palestine. C’est pourquoi nous entretenons de bonnes relations avec certains jeunes de confession juive, certains convertis, certains musulmans, chrétiens et autres." (de façon intéressante, il s ne mentionnent pas les athées palestiniens, alors qu’il en existe mais qu’ils doivent se cacher pour ne pas subir l’oppression des groupes religieux ...)
    "L’idée est que de nombreux Palestiniens s’opposent aux actes racistes et injustes commis par l’occupation sioniste, mais ils ne trouvent pas un axe unique autour duquel ils pourraient s’unir. C’est pourquoi nous voyons souvent qu’au lieu de se concentrer sur la lutte contre le racisme et le système d’apartheid sioniste, ils s’opposent.
    Nous jouons ici le rôle de médiation entre les différentes parties pour rassembler toutes les capacités des Palestiniens pour combattre le régime de l’apartheid."

    par ailleurs sur son compte télégramme Fauda rediffuse les messages des islamistes : https://t.me/fauda_ps/14986

    On ne peut pas exclure l’hypothèse que Fauda soit en fait un "faux nez" du Hamas ou du FPLP pour se gagner la sympathie des anarchistes au niveau international et recevoir leur soutien militant (si ce n’est financier, ils ont déjà ouvert une cagnotte ...). Comme il est dit en ouverture del’article "nous reprenons ici, sans en connaitre davantage sur cette organisation palestinienne." Le temps dira ce qu’il en est ...

    Dans le passé il y avait une organisation palestinienne anarchiste qui était plus claire : UNity

    repondre message

  • Au delà du soutien plus ou moins critique à la "juste lutte" du peuple palestinien, à la dénonciation sans équivoque des massacres de masse délibérés commis par l’Etat colonial sioniste d’Israël depuis des décennies, une invitation à se réunir, à débattre, à s’organiser et à (se) mobiliser dans un cadre un peu plus global et plus politique que celui (Israël vs Hamas) qui nous est, à dessein, imposé par les "grands" médias et la politicaillerie dominante.

    Une initiative à relayer, surtout pour ceux/celles se trouvant en région parisienne.

    = = =

    Assemblée pour la Palestine
    وحدة الشعوب للتحرير
    Internationalists United !

    Ce qui est en train de se passer en Palestine n’est pas un épisode de plus dans un conflit « complexe ». C’est un génocide en direct après 75 ans de colonisation. Nous refusons de continuer passivement à débattre de comment condamner les horreurs. Nous refusons de laisser les haines antisémites et islamophobes se nourir de la situation. Nous refusons de rester spectateur.ice.s.

    Nous devons nous lever massivement pour la dignité de toutes ces vies.

    Au Caire, pour la première fois depuis 10 ans, la foule a surgit sur la place Tahrir symbole des révolutions arabes de 2011 pour crier sa solidarité avec la Palestine. De Londres à Baghdad, en passant par New York et Amman, les manifestations massives nous rappellent la flamme d’une décennie de soulèvements qui ne s’est toujours pas éteinte.

    La France, en plus de son « soutien inconditionnel » à Israël et son appel à une intervention de la « coalition internationale », est parmi les rares pays à interdire les manifestations de solidarité avec le peuple palestinien.
    Après l’extermination des peuples indigènes des Amériques, après la traite des esclaves, après la Shoah, les gouvernements occidentaux, en soutenant sans réserve Israël, se rendent à nouveau responsables des pires atrocités coloniales, des pires massacres racistes.

    Les hypocrisies coalisées nous rendent malade. Celles des états occidentaux qui se présentent comme leaders du monde libre et démocratique mais financent les atrocités d’Israël, saccagent le Moyen-Orient, pillent l’Afrique et Abya Yala. Celle du régime russe qui condamne les attaques d’Israël tout en colonisant l’Ukraine. Celle du régime iranien qui soutient la Palestine mais massacre les révoltés en Iran, en Irak ou en Syrie. Celles des régimes arabes qui instrumentalisent les malheurs du peuple palestinien pour leurs propres intérêts et répriment les réfugié.e.s palestinien.ne.s dans les camps au Liban ou en Syrie.

    Que le Hamas, une force plus que réactionnaire, représente aujourd’hui l’espoir d’une libération nationale est bien le signe des échecs et des trahisons de la gauche « progressiste ».

    Tous les gouvernements, sans distinction, nous ont trahis.

    N’en laissons aucun nous diviser. Notre unité, celle des peuples révoltés, est à construire. Elle sera notre force. Elle est notre seul espoir.

    Nous ne pouvons pas choisir une force impérialiste, autoritaire ou colonisatrice au profit d’une autre. La libération n’est pas divisible ! Nous nous opposons à toutes les violences qui maintiennent l’ordre établi et mutilent les vies. Celles du patriarcat qui tuent les femmes, et les dissident.e.s sexuelles. Celles du racisme qui frappe les juif.ve.s et les personnes noires depuis plusieurs siècles. Celles du capitalisme qui, partout, se nourrit de la détresse, de l’exploitation, de la mort et de la guerre.

    Contre le génocide en cours à Gaza et pour la libération de la Palestine nous appelons à ouvrir un front uni depuis le centre de la bête, ici en Occident. Une coalition entre les marges des empires et les dissident.e.s des centres pour contribuer au combat mondial pour la vie et la dignité.
    Les victoires historiques contre les colonialismes en Irlande, au Vietnam, en Algérie ou contre l’apartheid en Afrique du Sud ont été obtenues par les insurgé.e.s sur leurs terres. Mais ces peuples ont aussi arraché leur libération en gagnant dans les centres des empires, quand une partie suffisamment grande de la population de ces centres a exigé la fin de la guerre, de la colonisation ou de l’apartheid. À notre tour d’agir !

    Pour un mouvement puissant contre l’occupation et l’apartheid, il nous faut créer des espaces ouverts d’auto-organisation, faire éclater l’énergie populaire, multiplier les brèches.

    Personne n’est libre tant que nous ne le sommes pas tous.tes.

    Si ce front est capable de se lever aujourd’hui pour Gaza, il pourra le faire demain contre les bombes des régimes russe et syrien en Syrie, contre celles de la Turquie sur le Kurdistan. Il pourra soutenir les féministes en Iran et à Abya Yala, les révolutionnaires au Soudan ou en Algérie, les luttes des Arménien.ne.s et des Ouïghours, la résistances des Mapuche et des Sahraouis. C’est ce que signifie l’entraide entre révolté.e.s. C’est ce que nous appelons l’internationalisme des peuples.

    Se battre pour la Palestine, c’est se battre pour le monde.

    Si vous voulez agir mais ne savez pas quoi faire, si vous avez la rage et vous ne voulez plus vous sentir impuissant.e.s, si vous voulez vous mettre en mouvement au lieu de regarder la mort les écrans, rejoignez-nous !

    Nous appelons à une assemblée autonome et transnationale en région parisienne, à Montreuil le jeudi 9 novembre à 18h30 à l’espace AERI au 57 rue Etienne Marcel 93100


    Appel relayé ici, entre autre : https://paris-luttes.info/assemblee...

    repondre message

    • Pour la Palestine : Internationalist United ! 7 novembre 2023 12:37, par quidam2

      "l’internationalisme des peuples"... et pourquoi pas des prolétaires tout simplement ? Cet appel - à lutter "au coeur de la bête" - par ses images m’incline à penser que demain on rase gratis.Le maoïsme a prouvé sa capacité de mener des luttes dans l’impasse, et quelle impasse !... Ce serait bien que les avant-gardes auto proclamées au service du peuple descendent de leur piédestal et pratiquent une autre démocratie directe : les moyens conditionnent la fin.

      Va-t-on nous proposer, au nom de l’urgence -réelle -, une grande échéance, avec une mobilisation déjà cadrée ?... Ou bien y aura-t-il un minimum d’échanges indispensables et de réflexions collectives pour effectivement lancer un pôle internationaliste de résistance, de solidarité et d’action qui fasse avancer la lutte là bas ET ici ?

      repondre message


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette