Accueil > Courant Alternatif > 320 mai 2022 > Quelques nouvelles du Kamerun

CA 320 mai 2022

Quelques nouvelles du Kamerun

mercredi 18 mai 2022, par Courant Alternatif


Dans le numéro de février de Courant Alternatif, nous avons évoqué la libération des prisonniers politiques de l’organisation « Stand Up For Cameroon ». Cependant, il reste encore des prisonniers politiques de l’opposition dans les geôles camerounaises. A l’instar des militants du MRC (Mouvement pour la renaissance du Cameroun). Les différents collectifs, partis et diverses organisations opposantes au régime continuent de mobiliser pour la libération des prisonniers des marches de Septembre 2020 (au moins 500 personnes arrêtées). De plus, le pouvoir fait face à un mouvement de grève inédit et puissant dans l’éducation mené par les professeurs.

Situation des prisonniers

La situation des prisonniers s’est aggravée à cause de l’épidémie de choléra qui frappe le Cameroun depuis le mois de Novembre dernier. En effet, les conditions carcérales particulièrement déplorables ont favorisé la propagation de cette maladie dans les plus grands centres pénitentiaires du pays. Un système de santé exsangue, le manque d’eau courante et d’hygiène en général, en plus d’une surpopulation touchant les plus grandes prisons du pays (celles de Douala et de Yaoundé) sont les vecteurs du choléra qui a touché plus d’une centaine de prisonniers. Au moins 6 personnes sont mortes du choléra dans la prison Centrale de New Bell à Douala. Parmi ces militants, il y avait un jeune militant du MRC Rodrigue Ndagueho Koufet, qui purgeait une peine de prison de 3 ans pour avoir manifesté lors des marches de Septembre 2020. Tristesse, colère et consternation touchent tous les militants camerounais depuis une semaine…

Cette nouvelle, contrebalance une nouvelle positive : la libération du militant Collins Nana de l’organisation « Stand Up For Cameroon » qui était enfermé depuis plus de 18 mois à la prison centrale de New-Bell. Un tribunal militaire l’avait condamné pour « insurrection, rassemblements et manifestations publiques » en décembre dernier.

Mobilisations pour une grève générale ?

Depuis plus d’un mois, le gouvernement fait face à un mouvement inédit dans l’éducation. En effet, les professeurs (collèges et lycées) sont en grève contre les conditions globales mais surtout contre le retard de versement de leurs salaires ou pour certains de leur retraites de l’éducation. En effet, plusieurs témoignages de professeurs qui assurent qu’ils n’ont pas perçus leur salaire complet pendant plus de 5 voire 7 ans ou qui attendent leurs retraites depuis 15 ans. C’est un collectif appelé OTS (on a trop supporté) qui a porté la mobilisation pendant plus d’un mois. Les enseignants ont baptisé cette grève « opération #CraieMorte » relayée grandement sur les réseaux sociaux. Le gouvernement a régularisé les situations les plus criantes, ce qui a eu pour conséquence de faire stopper le mouvement, momentanément d’après les enseignants.

L’invasion de la Russie en Ukraine a des conséquences partout sur le globe et notamment en Afrique : c’est l’augmentation des produits de première nécessité. De fait, l’augmentation du pétrole et du cours du blé conduit des populations à se passer de cette céréale à se reporter sur d’autres aliments cultivées localement (manioc, patate douce) pour faire de la farine. Cependant, un appel à la grève générale « contre l’appauvrissement généralisé » et des manifestations pacifiques initialement lancé par des syndicats et des collectifs contre la vie chère au début du mois d’avril (le 7 précisément) n’a pas pu aboutir : en effet, lors de négociation, l’état camerounais, pour le moment, a donné des garanties en termes de salaires dans les secteurs public et privé.

A voir dans les prochaines semaines ce qu’il va se passer dans les mobilisations futures autour de la vie chère.

Alfano

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette