Accueil > Courant Alternatif > 321 Juin 2022 > Vertement écolo juin 2022

CA 321 juin 2022

Vertement écolo juin 2022

dimanche 12 juin 2022, par Courant Alternatif

« Vertement écolo » poursuit sa série d’articles sur le militaire et l’environnement.
En avril, nous avions abordé les pollutions engendrées par les conflits et les munitions de tous types, l’inutilité sociale et économique des productions militaires pour la société civile et leur statut de bien voué à la destruction, le gouffre énergétique des activités militaires et comment les États-Unis avaient réussi à imposer un statut d’exception permanente pour les forces armées lors de la négociation du protocole de Kyoto.


Écocides et guerres météorologiques : in ENMOD for love

En 2001, l’Assemblée générale de l’ONU adoptait la date du 6 novembre comme « journée internationale pour la prévention de l’exploitation de l’environnement en temps de guerre ou de conflit armé ». Qui connaît cette date ? Pas vous, pas moi.
Il s’agissait de faire prendre conscience de l’impact des conflits sur l’ensemble du vivant, les sols, l’air et l’eau et le climat. Autant vous le dire tout de suite, pendant longtemps, cela n’a pas été la tasse de thé des COP et du GIEC (qui commence à s’y intéresser depuis son 5e rapport).
Cette journée a une histoire intéressante qui plonge au plus profond de la guerre froide.
« Dès juin 1947, le Pentagone organise une réunion consacrée aux conséquences militaires de la fonte des glaces en Arctique »(1) et développe indirectement les connaissances scientifiques en glaciologie (en lien avec le projet d’installation de base de missiles nucléaires sous la banquise arctique) comme en sismologie (repérage des explosions nucléaires ennemies ou projets de création de séismes artificiels).
Mais, si à cette époque il semblait impossible de contrôler le climat, on pouvait déjà faire joujou avec la météo avec le développement du projet « Cirrus » d’ensemencement des nuages (Cloud seeding).
Avec le projet « Popeye »,on passe aux exercices pratiques survitaminés. Entre 1966 et 1972, l’US Air Force a déversé des milliers de tonnes d’iodure d’argent sur la jungle vietnamienne afin d’augmenter « … les précipitations de façon à allonger la saison des pluies afin de ralentir le trafic sur la piste de Ho Chi Minh et suscitant de ce fait, une érosion accrue des sols. » (2)
La révélation de cette humide et clandestine intervention a conduit la Conférence du désarmement (si si, cela existe) à mettre en place en 1977 la convention ENMOD (entrée en vigueur en 1978) interdisant « d’utiliser les techniques de modification de l’environnement à des fins militaires ou toutes autres fins hostiles. » (3)
Elle comprend 77 pays dont les principales puissances militaires (URSS/Russie, Chine, USA, Grande-Bretagne, mais pas la France).
Son article 8 prévoyait des rencontres tous les 5 ans pour en vérifier l’application. Mais après un début en fanfare, plus aucune réunion depuis 1992.
L’Irak n’a pas signé ENMOD et cela lui a été fort utile en 1990-1991. Suite aux résolutions du Conseil de Sécurité de l’ONU lui enjoignant de quitter le Koweit, le régime de Saddam menace d’incendier les puits de pétrole, ce qu’il fait, puis déverse « peu de temps après, des millions de barils de pétrole dans le Golfe Persique. Ce fut le déversement de pétrole le plus important que le monde ait jamais connu. » (2)
Seul avantage juridique du conflit, la résolution 687 d’avril 1991 « va reconnaître la possibilité pour les citoyens d’obtenir une réparation des dommages post-conflits, y compris la réparation des dommages environnementaux. »
Par ailleurs, ENMOD est tellement mal foutue dans sa conception, ses objectifs et son champ d’application (volontairement ?) qu’il est à peu près impossible de la mettre en application et d’obtenir réparation, qu’il s’agisse de la guerre civile et ethnique depuis 1996 dans le Virunga park de la RDC, de la destruction volontaire par l’OTAN de l’usine chimique serbe de Pancevo qui a gravement pollué le Danube (conflit du Montenegro de 1999), ou du conflit Hezbollah-Liban/ Israël de 2006. D’un côté, Israël a détruit la centrale de Jiyyeh et de l’autre, les roquettes du Hezbollah ont provoqué d’immenses feux de forêt. Dans tous ces cas, rien n’a pu être mis en place pour réparer les dommages environnementaux liés à ces conflits.
Qu’ ENMOD repose en paix car environnement, climat, ressources naturelles et agricoles, géopolitique, sont des choses bien trop sérieuses pour être laissées aux faibles mains des civils.

À suivre...

Dernières Malmeries du trotskysme écologique

Un lecteur nous a transmis d’utiles compléments à l’article « De Malm en pis » paru dans CA de février. Qu’il en soit remercié.
Dans la chronique « Vertement écolo », un article intéressant à propos d’un texte (« Le bolchevik et la nature ») de l’universitaire suédois Andreas Malm paru en 2018 dans la revue marxiste en ligne Période a retenu mon attention. Juste pour vous signaler que Malm a « récidivé » (ou plutôt approfondi) son concept idéologique de « léninisme écologique » dans son nouvel ouvrage « La chauve-souris et le capital » à propos de la pandémie Covid-19, paru en 2020 aux éditions La Fabrique (ces éditions n’en ratent vraiment pas une !).
Au chapitre nommé comme il se doit « Communisme de guerre », après « une brève nécrologie de la social-démocratie », Malm se lance dans « une brève nécrologie de l’anarchisme » ! Le texte est d’une telle indigence politique et d’une telle mauvaise foi qu’il est bien difficile de prendre au sérieux les « travaux » d’Andreas Malm. Considérant James C. Scott comme « l’un des meilleurs représentants de la théorie anarchiste »(4), il ne trouve rien de mieux comme seul argument que d’aller chercher un point de détail dans un écrit de Scott afin de ridiculiser cette même théorie anarchiste : « En bon anarchiste, Scott répugne à énoncer des revendications politiques, mais dans Two Cheers for Anarchism [Petit éloge de l’anarchisme], on trouve au moins une proposition concrète pour un monde meilleur défendue avec une grande énergie : abolir les feux rouges ». Autant de mépris (et de mauvaise foi) dans si peu de lignes n’est pas permis à tout le monde, il faut au moins un léniniste écologique pour cela ! Et Malm enfonce le clou au raillant « l’utopie de l’entraide annoncée de longue date par les anarchistes » faisant référence aux gestes d’entraide apparus au début de la pandémie (Covid-19).
Pour finir sa « brève nécrologie de l’anarchisme », Malm insiste dans la condescendance et son mépris de l’anarchisme : « On voit mal comment une revendication dans la logique de l’abolition des feux rouges pourrait aider les gens dans une pandémie » tout en réaffirmant que « L’État en soi n’était pas le problème dans le cas du Covid-19. Et s’il y a une chose dont on aura besoin pour traiter les causes de l’urgence chronique, c’est bien d’un certain degré de coercition » (c’est moi qui souligne). La nature du léniniste écologique universitaire revient bien vite à la surface.
En conclusion, Andreas Malm dans sa défense sans faille d’un léninisme écologique considère que « Deux éléments apparaissent toutefois essentiels […], une prédisposition à l’action d’urgence et une ouverture à une certaine forme de coercition étatique. L’anarchisme déteste l’État ; la social-démocratie se ratatine dans la catastrophe. Mais il n’y a aucune raison de ne pas expérimenter le luxembourgisme écologique, ni le blanquisme, le guévarisme, ni d’ailleurs le trotskisme écologique... ». Fermez le ban. Heureusement que pour Malm, le ridicule et la bêtise ne tuent pas !

Freux et Eugene the Jeep

Notes
1- Pour la sécurité climatique. Ben Cramer. athena21.org, avril 2020
2- Les conséquences de la guerre au niveau de l’environnement. Catherine Deloo. Master de Droit et de criminologie. UCL. 2016-2017
3- Militarisation du climat : quels enjeux ? Luc Mampaey. Les grands dossiers de diplomatie n° 80. GRIP, décembre 2015-janvier 2016
4-Nous pouvons être étonnés de cette affirmation et constater l’étendue de son ignorance. Même si je considère que Scott reste un chercheur très intéressant pour la théorie anarchiste

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette