Accueil > Courant Alternatif > 341 juin 2024 > Les Macrons ça ose tout, c’est même à ça qu’on les r’connaît

CA 341 juin 2024

Les Macrons ça ose tout,
c’est même à ça qu’on les r’connaît

édito n°341

mardi 4 juin 2024, par Courant Alternatif


Pourquoi mettre Macron au pluriel ? Un seul c’est déjà trop, on ne va quand-même pas en faire un élevage…

Par « Les Macrons » nous entendons ces parasites qui pourrissent tout ce qu’ils et elles touchent et nous rendent la vie impossible ; Les Al-Sissi, Biden, El-Assad, Erdogan, Jinping, Kadyrov, Meloni, Modi, Netanyahou, Orban, Poutine, Trump, Six (Mohamed) etc… Ce petit banquier n’est pas la cible de cet édito pour ce qu’il est mais pour ce qu’il représente et que nous n’aurons de cesse de combattre : Le capitalisme dans tous ce qu’il draine de mensonges, de mépris, d’obscénité, d’injustice, de violence et de mort(s). Ce conducator sans envergure qui se donne des airs de Napoléon III n’est ni le premier ni le dernier à occuper le poste de valet zélé du capitalisme et des possédant·es. Comme les autres, il finira dans les égouts de l’histoire… Quoique…

S’il est vrai qu’à chaque nouveau président on se dit qu’on a touché le fond, celui-là, on pourrait lui attribuer la palme des égoutiers car il trouve toujours à creuser plus profond le puits de l’abjection.
Puisqu’il n’aura échappé à personne que l’on est en période de jeux olympiques, le Groupe OCL de Région Parisienne proposerait bien de créer une médaille rien que pour lui. La médaille de la destruction de… En fait, de la destruction de tout !

Dans ses attaques contre les chômeuses et chômeurs, les travailleuses et travailleurs du privé comme du public, les personnes issues de l’immigration, celles qui luttent pour plus de justice et de droits ou contre les grands projets inutiles etc., il va « plus vite, plus haut, plus fort ». Les JO et leur monde ont beau nous faire vomir, on se permettra de rappeler que cette devise se termine par « Ensemble ».
Pour lui et son gouvernement, « Ensemble » c’est comme « liberté, égalité, fraternité »  : De vagues concepts pour mystifier les masses.
Pour lui et son gouvernement, cela veut dire : Bourgeois·es, patron·nes, FNSEA, lobbies, gouvernant·es, flics, armée, éventuellement curetons et – comme en Kanaky – milices, ensembles pour nous foutre sur la gueule.

Nous avons parlé plus haut de Napoléon III mais les méthodes utilisées à l’envi par ce gouvernement s’assimileraient plutôt à celles de Thiers :

  • Des salarié·es se battent pour leurs droits ? Allez hop ! On gaze, on tabasse, on mutile, on arrête et on emprisonne.
  • Des gilets jaunes expriment leur dégoût des possédant·es et de leurs laquais ? On gaze, on tabasse, on mutile, on arrête, on emprisonne, et parfois ON TUE !
  • Les banlieues relèvent la tête après un des nombreux assassinats commis par des policiers ou des gendarmes ? On gaze, on tabasse, on mutile, on arrête, on emprisonne et parfois on en profite pour expulser.
  • Des luttes contre les projets inutiles ? Idem.
  • Des paysans foutent le bordel ? Ah bin non tiens… Là on ne tabasse plus (sauf la Conf’). Môssieur Darmanin « refuse d’envoyer des CRS sur des gens qui travaillent ». Énorme !

Genre, y bossent pas celles et ceux cité·es plus haut qui sont réprimé·es par un arsenal militaire et judiciaire qui a atteint des sommets sous l’ère Macron. Ces personnages qui croient pouvoir nous apprendre la vie à coup de schlague devraient, au moins une fois dans leur vie, descendre dans le métro ou le RER à 5h30 du mat’ dans les quartiers populaires (pas dans le seizième). Ils et elles constateraient que les transports sont déjà blindés (même hors période de JO). Plein de ces invisibles qui ne conduisent pas des tracteurs à plusieurs dizaines de milliers d’euros mais sont pourtant indispensables… Ce qui ne les empêche pas de subir les attaques des nombreuses lois racistes et de flics non moins racistes chargé·es de les appliquer. Quelle idée aussi de ne pas être de la bonne couleur !

Et puis, même si on ne bosse pas, on n’en a pas moins le droit à la dignité. Après tout, si ce gouvernement veut absolument casser de l’oisif, que les cognes aillent dans les quartiers chics tabasser les vrais parasites : Les rentier·es qui vivent du travail des autres.

Pour en revenir à notre Thiers en devenir, s’il écrase tout sur son passage, ce n’est peut-être pas seulement par plaisir de casser du prolo ou de nous étouffer sous le gros cul malodorant du capitalisme pour lequel il fait parfaitement le job. Il y a certainement aussi du caprice d’enfant gâté qui veut laisser sa petite trace : Comme Chirac qui exigeait de faire péter sa bombe, il relance le nucléaire civil et militaire. À l’instar de George W. Bush qui voulait faire sa guéguerre comme papa, Macron nous parle de guerre dès qu’il en a l’occasion, quitte à sous-entendre qu’un conflit contre la Russie ne serait pas exclus.

Serait-ce pour singer à nouveau Chirac qu’il s’en prend maintenant au peuple Kanak ? À moins que, sur ce coup-là, sa référence soit Netanyahou. De la part d’un gouvernement qui soutient sans réserve la politique raciste et réactionnaire de l’État d’Israël, nous ne pouvons que craindre un nouveau massacre comme celui d’Ouvéa en 1988, en pleine période électorale (tiens donc !). Absolument personne - même à droite – ne doute que le « dégel du corps électoral » au profit des colons avait pour but d’enflammer la Kanaky. Mais « les cons, ça ose tout. C’est même à ça qu’on les r’connaît ». Hélas les forces répressives et les milices qui s’attaquent aux Kanaks luttant à juste titre pour leurs droits sont plus proches des Tontons Macoutes de sinistre mémoire que des tonitruants Tontons Flingueurs de Lautner. La méthode Macron est maintenant bien rodée : On balance une allumette pour mettre le feu aux poudres puis… On gaze, on tabasse, on mutile, on arrête, on emprisonne, et parfois ON TUE ! Au 24 mai 2024, il y avait déjà 7 morts parmi lesquels 2 gendarmes (l’un d’eux tué par un tir accidentel d’un de ses collègues lors du maniement d’une arme).

Non monsieur Darmanin, les émeutier·es kanaks ne sont ni des « voyous », ni de « maffieux ». Ils et elles se battent pour leur survie ! Votre gouvernement qui a panthéonisé Missak Manouchian que vos ancêtres politiques taxaient de terroriste, serait bien avisé de se rappeler que tout peuple colonisé a le droit de se battre pour se libérer du joug de son oppresseur. En vous servant de leurs noms à des fins politicardes vaseuses vous avez insulté la mémoire des FTP-MOI. Ces derniers vous auraient probablement craché à la figure.

Non monsieur Macron, les terroristes c’est vous et vos acolytes ! Vous qui terrorisez la population du pays que vous affirmez servir et les peuples que vous colonisez avec vos chasses aux pauvres, vos flics suréquipés, vos blindés, vos GIGN, RAID et autres supplétifs racistes caldoches. Comme disait un de vos sbires maniaque du nettoyage par le vide : « Nous ne sommes pas dans le même camp ».

Sans aucune hésitation, nous choisissons le camp des plus faibles, des exclu·es, des exploité·es, des colonisé·es, de celles et ceux qui luttent contre toute forme d’oppression. Vous l’aurez compris, aujourd’hui comme hier, nous soutenons la lutte du peuple Kanak comme celles de tous les peuples colonisés par la France et bien-sûr les luttes menées par les peuples palestinien, kurde, ouïgour, amérindiens…

Région Parisienne, le 24/05/2024

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette